Les objectifs

Pour les femmes, en épilation laser des résultats très satisfaisants signifient 80 à 90% de non repousse en moyenne dans la zone traitée 1 an après la fin du traitement principal. Les poils restants sont toujours plus clairs et plus fins.
Les cas d'hyperandrogénie / hirsutisme peuvent bien sûr être traités avec succès au laser. Ils requièrent cependant plus de séances que la moyenne et le déséquilibre hormonal doit être corrigé par un médecin parallèlement à l'épilation laser.

Pour les hommes, aucune norme ne peut être valablement retenue pour 2 raisons : la testostérone stimule en permanence la pousse de poils et le but esthétique des hommes est très variable (au contraire des femmes qui souhaitent toutes zéro poil).

Sans oublier qu'une épilation laser ne peut détruire que les poils existants. De nouveaux poils consécutifs à un bouleversement hormonal normal (puberté, grossesse, ménopause..) peuvent survenir au cours de la vie sans que le traitement laser suivi auparavant puisse être incriminé.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Quelle cible ?

Le but de l'épilation définitive ou longue durée est de détruire les cellules de reproduction du poil pour empêcher ce dernier de repousser. Ces cellules se situent dans la partie inférieure de la racine du poil, c'est à dire dans la matrice au niveau du bulbe (de 3 à 7 mm de profondeur selon la zone corporelle).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Autre élément fondamental en épilation laser : la mélanine.
C'est un pigment brun naturel fabriqué par les mélanocytes qui confère une coloration à son environnement et qui est présent à 2 endroits :
- dans la tige pilaire en particulier dans le cortex, la médulla et dans la matrice au sommet de la papille.
- dans l'épiderme
Tout laser a besoin d'un repère pour atteindre sa cible ; un laser épilatoire s'oriente grâce à la mélanine du poil dont la présence est donc un préalable indispensable à une épilation laser.
Un laser ne peut ainsi détruire que des poils pigmentés, jamais les poils blancs et plus difficilement les poils clairs.

Revers de la médaille : la présence de mélanine dans l'épiderme complique l'épilation laser. En effet l'énergie du laser destinée à la destruction du poil par le biais de la mélanine passe également dans l'épiderme d'où échauffement de la peau voire risque de brûlure.

Ainsi peau bronzée et épilation laser sont incompatibles.

De même une peau mate implique un traitement laser à des intensités moindres que celles supportées par une peau claire et est plus susceptible de réaction après une épilation laser. Dans cette logique, plus une peau est mate, plus elle nécessite de précautions et de séances pendant un traitement laser.

L'expérience et la compétence laser du Médecin sont bien sûr essentielles car elles permettront à ce dernier de bien identifier le phototype de peau et les caractéristiques des poils à épiler puis de paramétrer le laser.

La présence de mélanine dans l'épiderme détermine une classification des types de peau en fonction de la localisation et la densité de ce pigment : ce sont les phototypes, qui sont au nombre de 6 :

Phototype 1 : Cheveux roux, peau laiteuse : ils brûlent au soleil mais ne bronzent pas

Phototype 2 : Cheveux blonds, peau blanche : ils brûlent au soleil avec une pigmentation discrète

Phototype 3 : Cheveux blonds à châtain, peau claire : coups de soleil fréquents mais bronzage progressif

Phototype 4 : Cheveux bruns, peau mate : rares coups de soleil, ils bronzent facilement

Phototype 5 : Cheveux bruns, peau brune : ils bronzent intensément et ne brûlent jamais au soleil

Phototype 6 : Peau noire : ils ne brûlent pas au soleil

 

Le traitement

Pour détruire les cellules de reproduction du poil, il faut bien sûr les atteindre dans le derme au niveau du bulbe, ce qui n'est possible que si le poil y est encore implanté, le follicule pileux jouant alors le rôle de fil conducteur.

Il faut savoir que tous les poils n'ont pas une pousse synchrone et qu'ils passent tous par 3 phases de "vie" :

la phase de croissance (anagène)
la phase de régression (catagène)
la phase de mort (télogène)
C'est uniquement au stade anagène que le laser peut obtenir une épilation définitive ou longue durée car ce n'est qu'à ce stade que le poil connaît une forte activité de prolifération des cellules, qu'il fabrique de la mélanine et qu'il est encore totalement logé dans le bulbe.

Plusieurs séances sont donc logiquement nécessaires pour détruire tous les poils d'une même zone. De plus, la durée du cycle pilaire détermine donc le rythme des séances, qui varie évidemment selon les zones corporelles.

Conclusion : respecter le rythme de croissance du poil permet d'optimiser l'efficacité d'une séance d'épilation laser et de réduire le nombre de séances nécessaires.

Les études existantes montrent qu'un traitement laser complet s'étale sur plus d'un an.


TABLEAU COMPARATIF
DE LA DUREE DES CYCLES PILAIRES



Zones Menton Aisselles / Pubis Cuisses / Jambes Avant-bras Lèvre supérieure

Durée 15 mois 18 mois 16 mois 9 mois 4 à 5 mois

 

Le nombre de séances

Pour une épilation laser, la cible du laser étant la mélanine située dans la racine du poil, il en résulte que :

- plus les poils sont foncés et épais, plus les résultats sont rapides.
- plus les poils sont clairs et fins, moins les résultats sont rapides.
L'intervalle entre les séances est également une donnée importante car il est indispensable de traiter pendant la phase de croissance du poil, surtout en début de traitement soit toutes les 6 semaines ou 8 semaines suivant les parties du corps.

Chez une femme, pour obtenir de bons résultats, soit 80 à 90% de non repousse, le traitement doit compter plusieurs séances et leur nombre varie en fonction du poil.

Ainsi pour les poils foncés et épais tels les aisselles, le maillot ou les 1/2 jambes : 5 séances sont suffisantes.
Dans le cas de poils clairs et fins comme les bras, les cuisses ou la lèvre supérieure : 8 à 10 séances sont à prévoir.

Avec un recul de 8 ans en France, on sait qu'après le traitement principal des séances d'entretien sont parfois utiles mais elles durent moins longtemps et sont donc moins onéreuses que les séances principales. Ces séances d'entretien sont destinées à éliminer les quelques poils ayant résisté au traitement principal ou les nouveaux poils dont l'apparition est consécutive à un changement hormonal.

Chez un homme, l'épilation laser échappe aux standards applicables aux femmes du fait de la différence hormonale. Ainsi il est difficile de préciser le nombre de séances nécessaires pour atteindre 80 à 90% de non repousse mais l'expérience prouve que le nombre de séances nécessaires est supérieur aux normes féminines.
De fait comme beaucoup d'hommes souhaitent simplement un éclaircissement de leur pilosité, ils interrompent le traitement dès que le résultat esthétique leur convient.

 

Les tarifs

En épilation laser comme dans tous les domaines, toute prestation de qualité a évidemment un coût et ce coût doit être en rapport avec les garanties offertes.

Les tarifs d'une épilation laser dépendent :
- de la qualité des soins pratiqués par un médecin formé aux techniques laser et expérimenté ;
- de la qualité du matériel utilisé : un laser performant de type IV est forcément médical, c'est-à-dire qu'il doit être manipulé
par un médecin. Depuis plus de 5 ans maintenant, un appareil à froid (cryo) est associé au laser afin de protéger la peau et d'améliorer le confort du Patient.

De toute évidence, l'établissement d'un tarif exact est toujours subordonné à une consultation avec un médecin et il est plus équitable de s'adapter à chaque cas plutôt que d'appliquer des standards anonymes.

 

Peut on pratiquer des forfaits ?

Le forfait pour l'efficacité d'un traitement et la demande d'une provision sont interdits en toute circonstance.

Article 55 du Code de déontologie médicale Décret n° 95-1000 du 06.09.1995.
Cf commentaire (www.conseil-national.medecin.fr)

-> Cette notion découle en fait du principe fondamental du paiement à l'acte.

 

Doit-on établir des devis ?

Selon la loi en vigueur, pour toute prestation à visée esthétique, le praticien doit remettre un devis détaillé avec un avis de consentement éclairé attestant des informations orales et écrites données au patient.

Le devis doit non seulement comporter certaines informations mais encore prévoir un délai de réflexion de 8 jours, qui vise à protéger le consommateur.